DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Strict//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-strict.dtd"> Indépendance et Paix pour Le peuple Sahraoui

Indépendance et Paix pour Le peuple Sahraoui

mardi, septembre 26, 2006

Un portrait du roi du Maroc, mais aussi celui de son père dont Mohamed VI n'a pas totalement renié l'héritage. Une partie du livre est en effet consacrée à Hassan II, décrit (ce qui a rarement été fait) dans son univers quotidien. Le livre analyse aussi les espoirs déçus par l'arrivée d'un nouveau roi, ainsi que l'avenir de la dynastie (sous-titre : Crépuscule d'une dynastie).
La meilleure partie du livre, et la plus inattendue, est sans doute celle qui évoque l'ancien roi. « Jamais l'ordinaire des jours du feu roi n'avait été révélé avec un tel luxe de détails; jamais sa personnalité intime n'avait été placée sous un jour aussi cru. L'auteur nous fait entrer jusque dans les appartements secrets du monarque, peuplés de dizaines de femmes, concubines et servantes, et nous initie à un cérémonial qui " emprunte à la cour du Grand Moghol autant qu'à celle de Louis XIV ". Où J.-P. Tuquoi a-t-il trouvé des informatrices aussi sûres ? Comment a-t-il su les convaincre de parler ? Les nombreux services de sécurité du royaume s'emploieront, les prochaines semaines, à obtenir les réponses, avec, on l'espère, le plus vif insuccès. Au détour de ces promenades époustouflantes dans les arcanes du palais (quel romancier oserait imaginer pareilles intrigues ?), une révélation dont les historiens feront leur miel : la preuve, document à l'appui, que le général Dlimi, successeur d'Oufkir dans la confiance royale et dans la rébellion, ne mourut pas d'un fâcheux accident de voiture, comme l'affirme la version officielle, mais fut bel et bien assassiné après avoir été interrogé en présence de Hassan II. » (extrait de la critique de Gilles Perrault, Le Monde, 1er novembre 2001).
« Tuquoi évoque longuement les premiers pas du jeune roi Mohamed VI " condamné à une jeunesse impossible sous la férule d'un père jupitérien, drapé dans l'étiquette figée du Palais et un mode de vie anachronique ". Dans un chapitre sur le " Printemps de Rabat ", le journaliste raconte les premiers espoirs des Marocains en ce jeune roi qui pratique le jogging et le jet-ski, " règle par chèque l'addition comme un client ordinaire " au restaurant et limoge les " barons " en place sous le règne d'Hassan II. Mais, selon l'auteur, l'opinion " petit à petit (...) comprend que Mohamed VI endosse volontiers les habits de son père " et plusieurs " entailles au contrat moral entre le roi et son peuple font douter de la réalité d'un changement ". » (extrait de la critique de l'AFP, 27 octobre 2001).
La réaction des autorités marocaines a été plus mesuré que lors de la parution de Notre ami le roi de Gilles Perrault, en 1990, le livre de Jean-Pierre Tuquoi n'en a pas moins été interdit.
« L'hebdomadaire indépendant marocain Le Journal, qui a récemment publié des extraits du livre, soulignait avec raison, dans son commentaire, que la réaction des autorités en dirait davantage sur l'évolution du Maroc que la prose de Jean-Pierre Tuquoi. Et les autorités ont d'ailleurs plutôt bien réagi : les journaux, marocains ou étrangers, qui ont choisi d'évoquer l'ouvrage ont jusqu'ici pu le faire sans être inquiétés. » (extrait de la critique de Dominique Lagarde, L'Express, novembre 2001).
« Selon les informations recueillies par RSF, le numéro de l'hebdomadaire français Le Canard enchaîné, daté du 31 octobre 2001, est retenu chez le distributeur Sochepresse depuis le 31 au soir. Ce numéro contenait un article intitulé Sa Majetski M6 qui commentait le dernier ouvrage de Jean-Pierre Tuquoi sur le Maroc Le dernier roi (Grasset). Le journaliste écrivait notamment : " Après deux ans et demi de règne, son fils n'a pas fait grand-chose sinon réprimer la presse, céder aux islamistes sur les droits des femmes, gérer son immense fortune et faire du sport…" »
En novembre 2001, Ali Lmrabet était poursuivi pour « diffusion de fausses informations portant atteinte à l'ordre public ou susceptibles de lui porter atteinte ». Selon lui, les véritables raisons de ces poursuites sont, entre autres, la publication (dans le numéro du 27 octobre) des bonnes feuilles du dernier ouvrage de Jean-Pierre Tuquoi sur le Maroc, Le Dernier roi. L'hebdomadaire Demain Magazine a été saisi par la police après sa mise en vente. Ali Lmrabet, directeur de la publication, avait pourtant payé l'amende de 30 000 dirhams à laquelle il avait été condamné.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home